Confidences de maman : Jenny Chammas, fondatrice de Coachappy

Dans son podcast, elle distille ses paroles bienfaisantes et ses conseils salvateurs pour nos cerveaux échauffés et nos journées compliquées. Son discours nous inspire autant que son parcours et nous aide sans nous culpabiliser : on a découvert Jenny Chammas en format audio avec l’émission Coachappy, et fait connaissance avec une coach passionnée par la vie et les ambitions des femmes. C’est elle qui interviendra lors de notre premier Small Talk du 6 décembre. Une occasion de faire les présentations…

Diplômée de Sciences Po et de l’Institut Français de la Mode, Jenny a passé 10 ans dans l’Industrie de la mode avant de se former au coaching aux Etats-Unis avec The Life Coach School. Elle est aussi maman de Charlie, 4 ans, et Prune, 18 mois.

À travers Coachappy, elle propose aux femmes des outils pour travailler sur soi, pour être la « meilleure version de soi-même possible » : un leitmotiv qui nous parle particulièrement… Parce que pour Jenny, comme pour Les Louves, une femme épanouie est une maman heureuse, et son bonheur rejaillit sur toute sa famille…

Peux-tu nous parler de ta vie avant Coachappy ?

Je travaillais dans la mode, j’ai eu une carrière de 10 ans dans le secteur du retail. Juste avant de démarrer Coachappy je travaillais en Corée du Sud pour un grand groupe de vêtements (H&M pour ne pas le citer), j’étais Head of merchandising pour tous les achats et toutes les ventes de cette marque dans le pays.

Aimais-tu ton métier ?

Oui, j’adorais mon boulot et ma boîte, je faisais beaucoup de management, j’adorais développer des équipes et j’aime la mode.

Mais tu as tout arrêté pour devenir coach il y a quelques mois…  Pourquoi cette reconversion ?

La naissance de mon deuxième enfant, ma fille, m’a donné un peu de temps pour me poser des questions pendant mon congé maternité. Mon contrat d’expatriée prenait fin ; je devais donc, quoiqu’il arrive, réfléchir à ce que je voulais faire après. Il fallait prendre une décision. J’étais depuis très longtemps portée sur le développement personnel, je lisais beaucoup, le travail que je faisais sur moi m’a amenée à me faire coacher à distance avec une coach des États-Unis. L’objectif était de trouver quelle était la prochaine étape de ma vie professionnelle. Je ne me doutais pas un seul instant que cela allait être le début d’un si grand changement !

Est-ce que la naissance de tes enfants a contribué à ce virage dans ta carrière ?

Sans doute, mais ils n’en sont pas la cause première, ils ont plutôt aidé à une prise de conscience sur ce que je voulais apporter aux autres. Après ma première grossesse je me suis sentie débordée. C’était ma première année en Corée, mon fils avait 7 mois, je prenais un poste à responsabilités avec beaucoup de management dans un pays que je ne connaissais pas… Quand j’ai senti le trop-plein arriver, le développement personnel m’a aidée, j’ai eu le réflexe de tout de suite prendre du temps pour moi, et surtout j’ai accepté que ça ne soit pas parfait tout de suite. La naissance de ma fille, trois ans plus tard, a fait naître en moi des réflexions sur la place de la femme dans la société, ce qu’on attend de nous en tant que mères, en même temps j’écoutais beaucoup de podcasts sur l’entrepreneuriat… Ce mélange explosif m’a poussée vers la recherche d’un métier qui ait plus de sens pour moi et qui soit au service des femmes ; précisément des mamans parce que je connaissais leurs challenges…

Tu as lâché une belle carrière internationale de salariée dans la mode pour devenir indépendante, est-ce à dire que pour les mamans, il n’y a de salut que dans l’entrepreneuriat ?

Je ne crois pas du tout à cette idée, parce que j’ai passé de très belles années avec un boulot prenant et qui me plaisait, en partant du bureau à 18h, avec un bébé, en pilotant un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros. La solution de l’indépendance était en moi, c’était un des mes rêves. Mais je suis certaine qu’on peut s’épanouir en entreprise en étant maman. J’ai toujours fait mes choix de carrière en favorisant des entreprises qui me permettraient d’avoir à la fois un poste à responsabilités et une vie privée, préférant parfois des entreprises moins prestigieuses pour favoriser mon équilibre de vie. Et pour déboulonner une idée reçue une fois pour toutes : l’entrepreneuriat n’est pas plus facile que le salariat quand on est maman !

Est-ce que tu travailles plus ou moins qu’avant ? À quoi ressemblent tes journées ?

Autant qu’avant. J’ai toujours eu des horaires acceptables en entreprise. Je dépose mon fils à 8h30 le matin. C’est là que ma journée commence, avec un café et un carnet d’écriture. Je prends 30 minutes pour un exercice d’auto-coaching qui consiste à décrire mon état d’esprit du jour pour éclaircir mes pensées ; parfois je pose des intentions pour la journée. Je termine à 18h maximum. Je prends une après-midi par semaine pour m’occuper de mon fils ou partir en week-end. C’est la seule différence avec mon planning d’avant, cette demi-journée que je m’accorde…

Peux-tu nous donner quelques-unes de tes astuces de coach (et de maman…) pour gagner du temps ?

Les plus précieuses solutions pour moi :

1/ PLANNIFIER

Je définis toutes les tâches que j’ai à faire, le temps que chacune va me prendre, et je note tout sur mon agenda, pour la semaine, voire les semaines à venir. Je le fais en conscience, en évaluant l’importance de chaque tâche. Quoiqu’il arrive (sauf maladie ou gros imprévu), je m’oblige à faire tout ce qui est dans mon agenda.

2/ LE 80/20

J’accepte que tout ne soit pas parfait. Cela me fait gagner un temps fou. Je n’exige pas de moi que ce soit 100% parfait pour rendre mon travail. Je fais un truc 80% parfait, les 20% restant, c’est souvent ce qui nous prend le plus de temps. Cela vaut pour toutes nos tâches du quotidien à la maison ou au boulot.

Plus d’astuces à lire sur le site de Jenny, Coachappy.com

Ton secret pour concilier ambition, vie de maman et vie de couple ?

Mon secret c’est la résilience : accepter qu’il y a des jours et des semaines où l’on va prioriser une chose ou une autre, ne pas se battre avec le temps, faire ce qu’on peut avec le temps imparti. Accepter que parfois je ne voie pas mon fils le soir, ou que parfois je ne bosse pas autant que je voudrais…

Que cherche-tu à transmettre aux femmes avec Coachappy ?

Du bien-être, de l’acceptation de soi. J’ai envie de leur ouvrir le monde des possibles, leur enlever toutes les barrières qu’elles se mettent ou que la société leur met pour vivre la vie qu’elles ont envie de vivre.

3 épisodes à écouter pour découvrir Coachappy :

Ep #1 Le manque de temps

Ep #6 Gagner du temps

Ep #12 L’équilibre vie pro /vie perso

Écouter sur Coachappy.com ou sur iTunes