L’histoire secrète qui se cache derrière son deuxième prénom

Chez nous, on fait plutôt fi des traditions (pas de mariage, pas de baptême), ce qui explique en partie pourquoi nous ne nous sommes jamais posé la question de donner un deuxième prénom à notre enfant. Son père n’a qu’un seul prénom, je n’ai moi-même pas hérité de la litanie des grands-parents ou parrain et marraine, mais d’un seul deuxième prénom que ma mère adorait (Aubine)- mais n’a pas osé me donner à la dernière minute, par peur des critiques. Nous n’étions donc pas vraiment préoccupés par cette idée, jusqu’à ce que l’on découvre le sexe du bébé à l’échographie des cinq mois. Une fille ! Son prénom était tout trouvé, nous le chérissions depuis longtemps. Mais la question du deuxième prénom s’est soudain posée, naturellement, comme une envie d’ancrer encore plus son identité, de lui donner une assise solide, et puis une histoire aussi.

Le papa avait toujours eu une tendresse folle pour le prénom Anna, sûrement inspiré par l’impétueuse et fantaisiste Anna Karina dans Pierrot le Fou, un de ses films préférés. Pendant ma grossesse, il s’est attelé à la lecture d’Anna Karénine, ce qui a fini de le convaincre : nous devions donner ce prénom à notre fille, comme un bagage léger, une filiation d’héroïnes, une particule féminine et poétique. Voilà comment, à environ 6 mois de grossesse, Anna fut acté et propulsé à la seconde marche du podium.

Finalement, ma fille a trois prénoms. Aucun n’est celui de l’une de ses grand-mères, aucune trace non plus de ses parrain et marraine (elle n’en a pas). Nous avons suivi nos inspirations, nos goûts et nos anecdotes personnelles. C’est un peu secret, mais nous aimons bien partager leur histoire avec ceux qui nous le demandent.

Le plus surprenant c’est qu’à la naissance de ma fille, je me suis rendue compte que les « autres prénoms » qu’on lui avaient donnés suscitaient une vraie curiosité. Et je le comprends, maintenant que je me surprends à demander à chacun « et toi, c’est quoi tes autres prénoms ? ». Les anecdotes fleurissent quand vous posez la question autour de vous. Un couple d’amis a choisi « Félicité » comme deuxième prénom pour leur fille : non pas parce qu’il avait un lien avec l’histoire de leur famille, mais simplement parce qu’ils le trouvaient « joyeux » et plein de bonnes ondes pour leur fille. D’autres glissent sur l’état civil les prénoms qu’ils n’ont pas osé choisir (comme ma mère) ou encore ceux qui n’ont pas fait l’unanimité le jour J. Il y a souvent une petite histoire amusante derrière le choix de ces prénoms, et ils dévoilent autre chose, un petit plus attachant, qui donne envie de creuser … Alors je me permets, par pure curiosité assumée, de vous poser la fameuse question : « et vous, c’est quoi le deuxième prénom de vos enfants ? ».

M.R.

 

Lire aussi sur Les Louves 
Les plus jolis prénoms mixtes de 2015
Ces vieux prénoms qu’on aime voir revenir
Ces prénoms rares et uniques

À lire aussi

Retrouvez les articles de la semaine